Arleux-en-Gohelle

62580 (Pas-de-Calais)
Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
  • Représentations - Soldats
    • Types de Poilus
      • Poilu étreignant le drapeau
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre
  • Ornementation civile et militaire
    • Armes de la ville

Poilu et plaques en marbre blanc. Croix de guerre

Economie

Prix

20 000 francs

Inscriptions présentes sur le monument

ARLEUX EN GOHELLE
À SES ENFANTS
MORTS POUR LA
FRANCE

Les morts

LE CHEVANTON François Sous-Lieutenant
DELCLEF Aimé Sergent
GUILLY François Sergent
BUQUET Augustin Caporal
ASSET Octave Soldat
BUZIAUX Floréal Soldat
BUZIAUX Arthur Soldat
DELCLEF Henri Soldat
DELCLEF Émile Soldat
DUBOIS Eugène Soldat
DELANNOY Jules Soldat
L'HOMME Victor Soldat
LETIENNE François Soldat
LETIENNE Louis Soldat
MONPAYS René Soldat
MILLIOT Olivier Soldat
NOIRET Victor Soldat
RENAULT René Soldat
TONDELIER Henri Soldat
TANCHON Paul Soldat
CAPRON Louis Soldat
----
Victime civile
DUBOIS Arthur
GERARD Charles
MONPAYS Julien

Historique du monument

  • 1928
  • Inauguration 22/07/1928
  • Inauguration - Presse 23/07/1928
    Source : Le Réveil du Nord

    Le Réveil du Nord édition du 23 juillet 1928 (Mémoires de Pierre) Les cérémonies d’inauguration de monuments commémoratifs aux victimes de la guerre prennent dans les régions ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 23/07/1928

    Le Réveil du Nord édition du 23 juillet 1928 (Mémoires de Pierre)

    Les cérémonies d’inauguration de monuments commémoratifs aux victimes de la guerre prennent dans les régions qui connurent les affres de la tourmente un caractère plus imposant. Honorer les morts, tel est d’abord le premier souci et les associer aux vivants qui ont, en un tour de force, aidé puissamment à la renaissance des foyers détruits pour lesquels ils ont donné leur vie.

    Arleux-en-Gohelle est un des villages qui ont le plus connu l’enfer de la bataille.
    Situé au pied de la falaise de Vimy, sur la formidable ligne de Drocourt-Quéant, placé en plaine, jadis entouré par la ceinture dorée de champs de blé, il est devenu presque frontière du pays minier qui bientôt s’étendra sur son territoire.
    Nous trouvons cette commune, qui compte plus de six cents habitants, dont un bon nombre en dehors des occupations de la ferme, vont aussi à la mine toute proche, comme métamorphosée, tant elle s’est parée de fleurs et de verdure, décorée de belles fausses portes dédicacées en l’honneur des étrangers.
    La délivrance d’Arleux date du 28 avril 1917. Le communiqué britannique de Londres, à 22 heures, disait : « un combat très vif dans lequel nos troupes ont eu l’avantage s’est déroulé toute la journée, de la Scarpe à la route d’Acheville à Vimy. Nous avons enlevé Arleux-en-Gohelle et les positions ennemies sur un front de 3 kilomètres au nord et au sud du village ».
    Cette nouvelle était confirmée par un communiqué de Berlin du lendemain, après des contre-attaques vaines : « les Anglais espéraient rompre les lignes allemandes près d’Arras. La bataille s’est terminée par une grave défaite des Anglais qui ont pénétré dans les villages d’Arleux, Oppy et Roeux ». Le village était pris, il ne devait plus retomber entre les mains ennemies. En retour, chacun eut à cœur de relever les ruines. Animés de la meilleure bonne volonté, les habitants se mirent à l’œuvre, la municipalité fit des prodiges, école, église, mairie sont reconstruites avec goût. Pour marquer une nouvelle date inoubliable dans l’histoire de la commune, l’inauguration du monument qui consacre la renaissance du pays fut décidée.

    Donc, dimanche dernier, 22 juillet, on découvrait le souvenir de pierre où sont gravés les noms des héros honorés dans ce jour d’allégresse et de recueillement.
    Arleux a perdu le meilleur de ses enfants ; sa conduite dans la souffrance et devant l’ennemi devait lui attirer une citation élogieuse et la croix de guerre qui fut décernée le 23 septembre 1920.

    Plus de trente sociétés de musique, sapeurs-pompiers, anciens combattants assistèrent aux cérémonies qu’avaient organisées les anciens combattants sous l’actif impulsion de leur dévoué président, M. Dubois.
    M. Auguste Létienne, maire de la commune, avec son conseil municipal, n’avait pas ménagé leurs efforts pour assurer la réussite de cette manifestation.

    Après un défilé dans les rues du village, l’inauguration du monument eut lieu devant une nombreuse foule recueillie.

    Sur l’estrade aménagée on remarquait : commandant Serre ; le capitaine Vasseur, représentant le préfet ; capitaine Choquet ; MM. Frémy, conseiller général ; Capron et Scailliéretz, conseillers d’arrondissement ; Auguste Létienne, maire ; Dubois, président des anciens combattants ; Pentiaux, président des mutilés, etc.
    Des discours ont été prononcés par MM. Dubois, Létienne, Pentiaux, Scailleretz, Capron, Vasseur et Frémy. Ils furent tous applaudis par une foule nombreuse.

    Le beau monument, dû à M. Bétrémieux d’Hénin-Liétard, vit défiler devant lui parents et amis, veuves et orphelins qui déposèrent dans un geste de respect et ayant au cœur une noble pensée, les plus belles fleurs cueillies dévotement à la mémoire de ceux qui ne sont plus.