Lille

59000 (Nord)
Conflits commémorés
  • 1914-18
  • Monument spécifique - Aux pigeons

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Colonne quadrangulaire
  • Types de sculpture
    • Bas-relief
  • Représentations féminines
    • Femme = Symbolisme
      • Femme = Paix
  • Représentations animalières
    • Oiseaux
      • Pigeon
    • Autres animaux
      • Serpent

Le monument, en pierre, est constitué par un socle surélevé au centre duquel se dresse une colonne. Le motif principal du monument est un monstrueux serpent, représentant la guerre, écrasé par un bouclier écussonné d'un pigeon. Au-dessus et adossée à la colonne, une femme idéalement belle, "la Paix", accueille une nuée de pigeons venus de tous les coins du monde pour répondre à son appel. Le bas-relief comprend : à gauche : un groupe de soldat dans une tranchée, lâchant un pigeon voyageur porteur d'un message. On peut lire l'inscription : "Ce monument a été érigé en 1936 par la fédération des Sociétés Colombophiles de France, fondées par M. Leroy-Beaghe, Louis Pailliez étant président général". à droite : les soldats et les civils morts dans l'accomplissement de leur devoir, avec l'inscription : "Aux colombophiles morts pour la France, fusillés par l'ennemi, pour avoir détenu des pigeons voyageurs".

Matériaux

pierre de Puillenay rose

Commentaires

Atypique, unique en France, ce monument curieux représente l'allégorie de la Paix adossée à une colonne et accueillant une nuée de pigeons. À ses pieds, un bouclier, écussonné d'un pigeon, écrase un énorme serpent qui figure la guerre. Les bas-reliefs montrent, à gauche, les poilus défendant les tranchées alors qu'un soldat sort un pigeon de sa cage. À droite, un motif de soldats et de civils morts dans l'accomplissement de leur devoir est accompagné d'une inscription : "Aux colombophiles morts pour la France, fusillés par l'ennemi pour avoir détenu des pigeons voyageurs. Le patrimoine des communes du Nord, Tome 2, 2001, p. 1043

Inscriptions présentes sur le monument

AU PIGEON VOYAGEUR

Au dos :
Ce monument a été érigé en 1936 par la Fédération nationale des Sociétés colombophiles de France, fondée par M. Leroy-Beague, M. Louis Palliez étant président général

Sources / Bibliographies / Sites Internet

BREYE Vincent, Le Nord-Pas-de-Calais à travers cent statues, Voix du Nord, 2000, p. 57-58
"Le pigeon voyageur est au téléphone et au télégraphe ce que le canot de sauvetage est au paquebot majestueux". Cette phrase, prononcée par Louis Pailliez, président de la société des colombophiles de France, le jour de l'inauguration du Mémoiral au pigeon voyageur, en 1936, peut paraître dépassée, mais pendant la Première Guerre mondiale, on avait souvent recours au messager aérien pour faire parvenir des informations. Ce monument est unique dans notre région, et peut-être même en France. Le sujet est atypique et le traitement d'Alexandre Descatoire pour la sculpture l'est tout autant. Quatre éléments composent l'oeuvre. Une femme, allégorie de la paix, accueille une nuée de pigeons ; souriante, elle a les bras ouverts et les oiseaux forment un essaim tourbillonnant autour d'elle. En dessous, un immense bouclier - orné en son centre du héros volatile - écrase un gigantesque serpent, symbolisant l'hydre de la guerre. De part et d'autre, Descatoire a sculpté deux bas-reliefs. À gauche, alors que les poilus défendent les tranchées, un soldat sort de sa cage un pigeon. Le bas-relief de droite offre une image saisissante : deux soldats gisent l'un contre l'autre et dans le ciel plombé vole le messager porteur d'espoir. Le monument est situé à l'entrée du bois de Boulogne, et les inscriptions renvoient à des lieux stratégiques : Verdun - Fort de Vaux, ouvrages de Thiaumont, Le Mort-Homme, Côte 304, Ravin de la mort, Douamont. Elles démontrent aussi l'aspect international du pigeon voyageur : Orient, Maroc, Syrie, la mer... L'oeuvre d'Alexandre Descatoire est la plus étonnante des sculptures exécutées, sur le sol public à Lille, pendant la période de l'entre-deux-guerres. L'agencement des volumes, cette énorme masse ronde, les traits larges et épais des bas-reliefs, le "matelas" de pigeons sur lequel repose l'allégorie contribuent à sa modernité. La création de Descatoire, libre et singulière, répond au sujet et surtout à l'originalité qu'il nécéssitait."

  • Le patrimoine des communes du Nord, Tome 2, 2001, p. 1043
  • BREYE Vincent, Le Nord-Pas-de-Calais à travers cent statues, Voix du Nord, 2000, p. 57-58
  • BREYE Vincent, Sculpture. Les monuments publics de la métropole lilloise 1919-1939, Lille 3, Mémoire de Maîtrise, 1996, 3 vols.

Historique du monument

  • 1936
  • Délibérations Conseil municipal 1936

    1936 page 1 La fédération nationale des Sociétés des Colombophiles de France ayant proposé de faire don à la ville de Lille d'un monument commémoratif les services rendus par ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 1936
    1936 page 1 La fédération nationale des Sociétés des Colombophiles de France ayant proposé de faire don à la ville de Lille d'un monument commémoratif les services rendus par le "Pigeon Voyageur", l'administration municipale donna un avis favorable à cette proposition : elle ratifia également l'emplacement choisi par le Maître Descatoires, sculpteur chargé de l'exécution du monument et par le président de la Fédération, emplacement sis à l'angle de l'avenue Matthias Delobel et de l'avenu du 43e RI. Cet emplacement se trouvant sur un terrain militaire et dans u site classé, il fut nécessaire d'obtenir les autorisations. Celles-ci furent accordées par lettre du 13 octobre 1933, sous réserves ... Le monument fut inauguré le 13 avril 1936 3 M 37 Mémorial au Pigeon voyageur BREYE Vincent, Sculpture. Les monuments publics de la métropole lilloise 1919-1939, Lille 3, Mémoire de Maîtrise, 1996, 3 vols. Annexe : p. 39-40 1
  • Inauguration 13/04/1936

    Le monument dont les travaux commencèrent en mars 1935 fut inauguré le 13 avril l936. Les dirigeants de la fédération se rendirent à 10 h 30 au monument aux ...

    Lire la suite
    Inauguration 13/04/1936
    Le monument dont les travaux commencèrent en mars 1935 fut inauguré le 13 avril l936. Les dirigeants de la fédération se rendirent à 10 h 30 au monument aux morts, et peu après, furent reçus à la préfecture par M. Caries, préfet Le colonel Raynal, qui commandait les défenseurs de Fort de Vaux pendant la bataille de Verdun était présent. Derrière la musique du 43 RL, les personnalités se rendirent alors au pont de la citadelle où se dresse le monument. On remarquait la présence de MM. le Général Charite ; R Salengro, député-maire de Lille ; les sénateurs Roussel et Des Rotours ; le commissaire Gregoire, de la sûreté nationale, délégué par le ministre de l'intérieur ; Delpoulle, président des "Amis de Lille" ; Monseigneur Régent, ancien aumônier militaire ; Pailliez, président de la société colombophile ; Schoutteten, président des anciens combattants belges, ainsi que les présidents des fédérations colombophiles belge, italienne, et luxembourgeoise. À 11 h 30 les hauts-parleurs permirent d'entendre le discours du député-maire de Verdun. On joua ensuite "La Marseillaise", le voile tomba et plusieurs centaines de pigeons furent lâchées. Il y eut deux allocutions : celle de M. Paillez qui remit le monument à la ville et vanta les qualités et services rendus par les pigeons voyageurs ; celle de M. Salengro qui remercia la société des colombophiles de son geste. Faisant suite à cette inauguration un banquet de 1 000 couverts fut servi à la Foire commerciale. Au dessert des allocutions furent prononcés par M. Paillez, M. Langlois, secrétaire général de la fédération nationale, Monseigneur Régent, M. Delpoulle, le sénateur Roussel, MM. Mathis et Fanduzzi au nom des fédérations belges et italiennes. Puis M. Coolen apporta aux colombophiles le salut de la municipalité. Enfin, le président de la fédération nationale procéda à la remise d'un certain nombre de distinctions pour services rendus à la colombophilie.
  • 2016