Bagneux

36210 (Indre)
Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Plaque commémorative
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage Bornes/Chaînes

- Un projet de Monument aux Morts en 1920 fut laissé sans suite.

- C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le 6 septembre 1947, que le Conseil Municipal de Bagneux dédica d’élever un “monument à la mémoire des héros des guerres 1914-1918, 1939-1945 et des héros de la Résistance pour commémorer leurs faits glorieux”. Le maire, Lucien Louet  proposa “pour éviter des frais au budget de la commune, d’ériger un monument en pierre naturelle que l’on trouverait dans les carrières de la commune et qui ne comporterait aucune partie sculpturale”.

Un crédit de 30.000 francs fut voté pour le transport d’un monolithe et le paiement des heures de travail d’un maçon. Par commodité “on préféra choisir un menhir de grès qui se trouvait à 50 mètres des deux petits monuments de Tréfoux, à moitié enfoui sous la chaussée de l’ancien étang du Tréfoux” (COULON (Gérard) – Indre en guide dolmens et menhirs. La Bouinotte 2011, page 141). Ce menhir érigé sur un socle maçonné, fait d’un assemblage de blocs de grès, reçu une plaque de marbre blanc comportant en lettres noires 34 noms et prénoms (dont 29 pour la période 1914-1919).

Une grille protège sur trois côtés le Monument aux Morts.

Matériaux

Plaque de marbre blanc posée sur un menhir réutilisé et des blocs de grès.

Economie

Prix

30.000 francs.

Inscriptions présentes sur le monument

BAGNEUX A SES ENFANTS MORTS POUR LA PATRIE 1914-1919

Les morts

“De Chateauneuf Honoré, Brisset Émile, Godeau Valentin, Leclerc Constant, Tissier François, Blatry Fernand, Audard Louis, Cherrier Henri,
Vallet François, Petit Jean-Baptiste, Petat Auguste, Langlé Jasmin, Gibault Georges, Maupoux Marcel, Riolland André, Briali Louis,
Meaupoux Louis Abel, Bouteaux Blanqui, Leclert Eugène, Saulat Adolphe, Renault Louis, Renault Henri, Bimali Émile, Riolland Henri,
Coutant Louis, Leterte Jean Louis, Langlé Désiré, Caillat Ernest, Goubet Alfred ;
Veillat Eugène,
Robin Roger,
Julo Roger,
Lacoste Jacques-Jean
1957 Bocquet André

Sources / Bibliographies / Sites Internet

- Archives Départementales de l’Indre 2 O/011 art. 7.

- COULON (Gérard) – Indre en guide dolmens et menhirs. La Bouinotte 2011, p. 141.

Historique du monument

  • 1920
  • Courriers divers 16/02/1920
    Source : Dubant Didier

    - Le 16 février 1920,  M. L. Métivier, le Président de la Société de tir : “la Bagneusienne” écrit au sous-Préfet d’Issoudun : “la société réunie en assemblée générale a ...

    Lire la suite
    Courriers divers 16/02/1920

    - Le 16 février 1920,  M. L. Métivier, le Président de la Société de tir : “la Bagneusienne” écrit au sous-Préfet d’Issoudun : “la société réunie en assemblée générale a décidé l’érection d’un petit monument au cimetière, à la Mémoire des sociétaires Morts pour la France. En conséquence, j’ai l’honneur de demander à Monsieur le sous-Préfet de vouloir bien me donner les renseignements nécessaires sur les obligations que j’aurais à remplir pour obtenir l’autorisation nécessaire à l’érection du dit monument”.

  • Courriers divers 19/02/1920
    Source : Dubant Didier

    - Le 19 février 1920, le Préfet d’Issoudun répond à M. L. Métivier, le Président de la Société de tir : “la Bagneusienne” concernant le projet d’exécution dans le cimetière ...

    Lire la suite
    Courriers divers 19/02/1920

    - Le 19 février 1920, le Préfet d’Issoudun répond à M. L. Métivier, le Président de la Société de tir : “la Bagneusienne” concernant le projet d’exécution dans le cimetière d’un monument à la mémoire de ses sociétaires, morts pour la France et lui indique que pour mener à bien son projet, il doit contacter le Maire de Bagneux, pour obtenir le concession d’un espace dans le cimetière.

  • Courriers divers 23/02/1920
    Source : Dubant Didier

    - Le 23 février 1920, le Maire de Bagneux  écrit au Préfet de l’Indre : “J’ai l’honneur d’exposer à Monsieur le Préfet les faits suivants. ...

    Lire la suite
    Courriers divers 23/02/1920

    - Le 23 février 1920, le Maire de Bagneux  écrit au Préfet de l’Indre :

    “J’ai l’honneur d’exposer à Monsieur le Préfet les faits suivants.

    En janvier dernier, le Conseil Municipal de Bagneux fut saisi, par le Président de la Société de Tir, d’une demande pour l’érection au cimetière d’un monument en mémoire des sociétaires tombés au Champ d’Honneur. La demande examinée en séance du 8 courant reçut l’accueil suivant : le Conseil, décidant à son tour, en principe, l’érection d’un monument sur la place publique, propose aux membres de la Société (22 membres dont 4 opposants) de joindre ses crédits à ceux de la Municipalité, pour ériger un monument unique aux Morts pour la Patrie, sociétaires ou non, sans établir de distinction. Il propose en outre de faire apposer une plaque commémorative pour les 5 sociétaires décédés. Cette proposition, toute de conciliation, fut repoussée par la Société. Alors le Conseil refusa à son tour de laisser ériger le dit monument dont le devis s’élève à la somme minime de 380 francs… … je serais très obligé à Monsieur le Préfet de vouloir bien me faire connaître si le Conseil peut, sans outrepasser ses droits, se refuser de quelque manière que ce soit, à l’érection de ce monument au cimetière, même si la Société sollicitait l’achat d’un emplacement. Il faut surtout voir dans cette manoeuvre de nos adversaires, un essai de revanche et une manifestation de dépit sur le résultat des dernières élections qui nous ont été favorables”.

Fiche précédente Fiche suivante Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place

Le monument se trouve au bout d’une allée partant de la façade de l’église. Il est à l’extrémité nord nord-est d’une place publique, délimitée à l’ouest par la Rue Fontaine Saint-Clair et au sud par la Rue du Paradis.