Roussines

36170 (Indre)
Conflits commémorés
  • 1914-18
  • Monument communal

Description du monument

Caractéristiques

  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre
  • Structure
    • Rocher
      • Rocher [avec plaque commémorative]
  • Représentations - Soldats
    • Diverses Représentations de Poilus
      • Poilu
  • Autres représentations
    • Scènes de guerre
  • Ornementation associée
    • Croix/Tombe de Poilu/Casque
  • Ornementation civile et militaire
    • Outils Mineur(s) : Casque, Lampe, Pique

Le Monument aux Morts représente un “Poilu” sur le champ de bataille, inscrivant de sa main droite, “le nom d’un camarade tombé sur le champ de bataille”, sur une croix  de bois sommairement réalisée, similaire à celles qui étaient mises sur les sépultures provisoires des combattants au front. Plusieurs autres croix de bois de même aspect sont représentées tout autour. L’homme est de profil, mais en fort relief,  comme s’il était appuyé à un mur. Sous un casque de type Adrien son visage semble impassible. La tâche qu’il accomplie semble absorber toute son attention. Mais sa main droite qui recouvre son oreille gauche, donne l’impréssion qu’il a du mal à se concentrer  dans le bruit qui l’environne.

Le “Poilu” est revêtu d’une capote dont les pans inférieurs, ouverts, dévoilent les bandes molletières. A sa taille à l’avant sa ceinture supporte deux cartouchières et sur son flanc gauche ce qui semble être un fourreau (peut être celui de sa bayonnette). Une troisième cartouchière se trouve dans son dos. Son épaule droite porte trois chevrons ce qui indiquerait deux années de présence au front (le premier pour un an et ensuite un tous les six mois). Au sol gisent une petite pelle droite de tranchée et un pic à manche court ayant d’un côté tranchant horizontal et de l’autre une pointe.

L’inscription principale en relief à la base de la sculpture, sur la face antérieure du monument. La première phrase est répartie sur deux lignes du côté gauche et les dates “1914” et “1918” occupent sur ces deux mêmes lignes l’extrémité droite. La signature du sculpteur Gaston Alba : “S. Alba 1925 ” se trouve sur le côté droit du monument.

En dessous le socle du monument donne l’impression d’être constitué, comme dans le cas du Monument aux Morts de Fontgombault (Indre), oeuvre également de Gaston Alba, par des blocs de pierre non taillés, sauf sur la base de la face antérieure où une surface plane existe devant les deux dalles qui portent les noms des 20 morts de la commune de Roussines pendant la Guerre 1414-1918. Entre ces deux dalles, une Croix de guerre de grande dimension est suspendue à son ruban, qui est orné d’une feuille d’olivier ou de laurier.

Matériaux

. Pierre calcaire de Lavoux (département de la Vienne) pour la sculpture.

Economie

Prix

11.000 francs

Subvention commune

8.000 francs

Subvention Etat

3.000 francs

Inscriptions présentes sur le monument

. Face antérieure :

ROUSSINES A SES ENFANTS MORTS POUR LA FRANCE
1914 1918

. Face droite sous le pic :

 S. (pour sculpteur) Alba 1925

Les morts

Dalle de gauche :
Bardet J G,
Blussiaud J A,
Bourgoin J V,
Carré L,
Chauvain A D,
Chauvin A,
Debois D A,
Dejois A H,
Gorgeon A L,
Joly J.
--
Dalle de droite :
Lauberté A,
Laubier A L,
Lougin J A,
Margot D H,
Mathé E D,
Morin A,
Morin G,
Perrot A.,
Touze A,
Bourgoin.

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Archives Départementales de l’Indre 2 O/174 art. 7.

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=36174&dpt=36&idsource=59097&table=bp09

http://monumentsauxmorts.fr/crbst_80.html

2011 : LACOUR Lucien, "Souvenir et commémoration. Les monuments aux morts (XIXe-XXe s.)", dans Sculptures de l'Indre. Belles comme un rêve de pierre, Orléans-Chateauroux, Association Rencontre avec le Patrimoine Religieux-Conseil général de l'Indre, p. 268-277.

Historique du monument

  • 1922
  • Délibérations Conseil municipal 15/04/1922
    Source : DUBANT Didier

    - Le 15 avril 1922, sous la présidence de Jules Régollet, Maire, le conseil Municipal de Roussines “décide afin d’honorer la mémoire des enfants de la commune morts pour la ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 15/04/1922

    - Le 15 avril 1922, sous la présidence de Jules Régollet, Maire, le conseil Municipal de Roussines “décide afin d’honorer la mémoire des enfants de la commune morts pour la France pendant la guerre 1914 – 1918 de placer sur la façade principale de la Mairie une plaque de marbre noir sur laquelle seront gravés les noms des enfants de la commune morts pour la France. Vote la somme de 2.000 francs pour faire l’achat de cette plaque, à prendre sur l’excédent de recette du B. A. de 1922 s’élevant à 1.318F43 et le surplus sur le  produit des terres de la commune sur ... ...1921”.

  • 1924
  • Courriers divers 18/12/1924
    Source : DUBANT Didier

    - Le 18 décembre 1924, Jules Alexandre Régollet, Maire de Roussines, devant le Conseil Municipal “donne lecture d’une lettre de Monsieur le Préfet, en date du 13 décembre 1924 : ...

    Lire la suite
    Courriers divers 18/12/1924

    - Le 18 décembre 1924, Jules Alexandre Régollet, Maire de Roussines, devant le Conseil Municipal “donne lecture d’une lettre de Monsieur le Préfet, en date du 13 décembre 1924 : subvention sollicitée pour aider la commune à ériger son monument, aux enfants de la Communes de Roussines, Morts pour la France. 

    Le Conseil après en avoir délibéré. Vu les lois des 25 octobre 1919 et 31 juillet 1920. Considérant que la commune de Roussines a été particulièrement éprouvée : 31 morts sur 594 habitants.

    Qu’elle s’impose un très gros sacrifice pour honorer ses enfants tombés au champ d’honneur, en érigeant un monument remarquable, par sa simplicité et son expression, mais dont le devis s’élève à la somme de 11.000 francs.

    Décide à l’unanimité de voter pour la part de la commune la somme de 8.000 francs et de solliciter de la part de l’Etat une subvention d’au moins 3.000 francs pour les dépenses nécessitées pour l’érection du monument et ce d’après le montant du devis en tenant compte du caractère artistique de l’oeuvre réalisée et de l’effort financier accepté par la commune”.

     

  • Marché de gré à gré 20/12/1924
    Source : DUBANT Didier

    - 20 décembre 1924, “Contrat pour l’érection d’un monument commémoratif aux enfants de Roussines Morts pour la France” fait à Roussines en triple exemplaires : “Entre les ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 20/12/1924

    - 20 décembre 1924, “Contrat pour l’érection d’un monument commémoratif aux enfants de Roussines Morts pour la France” fait à Roussines en triple exemplaires :

    “Entre les soussignés, Monsieur le Maire de Roussines et Monsieur Gaston Alba, sculpteur à Paris. Il a été convenu ce qui suit : Monsieur Gaston Alba s’engage à exécuter pour le compte de la Municipalité de Roussines représentée par M. Monsieur le Maire de la dite commune, qui accepte, la fourniture d’un monument commémoratif aux Enfants de Roussines, Morts pour la France, dont ci-après description :

    • . “Poilu inscrivant le nom d’un camarade tombé sur le champ de bataille”.
      Hauteur 2m, largeur 1m25, profondeur 1m.
      Fourniture de la Pierre Lavoux (département de la Vienne) 1.500 francs,
    • . maquette, modelage,  moulage et sculpture 9.000 francs,
    • . maçonnerie et divers 500 francs,

    Total : 11.000 francs.

    Suivant dessin joint à la présente convention.

    Prix : le prix en est fixé à la somme de 11.000 francs payable par acompte et le solde après réception”. Le contrat, ainsi qu’un devis joint (également daté du 20 décembre 1924), portent la signature “G. Alba”.

  • Commission d’art 30/12/1924
    Source : DUBANT Didier

    - Le 30 décembre 1924, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”, indique comme étant “adopté” le projet soumis ...

    Lire la suite
    Commission d’art 30/12/1924

    - Le 30 décembre 1924, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”, indique comme étant “adopté” le projet soumis par la commune de “Roussines”.

  • 1925
  • Délibérations Conseil municipal 25/03/1925
    Source : DUBANT Didier

    - Le 25 mars 1925, le Conseil Municipal de Roussines, sous la présidence de Jules Alexandre Régollet, Maire, “à l’unanimité demande à Monsieur le Préfet l’autorisation de disposer de la ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 25/03/1925

    - Le 25 mars 1925, le Conseil Municipal de Roussines, sous la présidence de Jules Alexandre Régollet, Maire, “à l’unanimité demande à Monsieur le Préfet l’autorisation de disposer de la somme de 2.000 francs inscrite à l’article 15 du budget additionnel de 1924 pour l’érection du monument aux Morts de la Commune de Roussines décidée d’après sa délibération en date du 18 décembre 1924 et lui demande en outre de l’autoriser à faire un emprunt à la Caisses des Dépôts et Consignations de la différence entre les 2.000 francs ci-dessus et les 11.000 francs (montant de la dépense nécessaire pour l’érection du dit monument),  moins les 3.000 francs de subvention accordée par l’Etat, soit la somme de 6.000 francs”.

  • Délibérations Conseil municipal 24/09/1925
    Source : DUBANT Didier

    - Le 24 septembre 1925, Jules Alexandre Régollet, Maire de Roussines, donne communication devant le Conseil municipal “de la lettre de M. le Directeur Général de la Caisse des Dépôts ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 24/09/1925

    - Le 24 septembre 1925, Jules Alexandre Régollet, Maire de Roussines, donne communication devant le Conseil municipal “de la lettre de M. le Directeur Général de la Caisse des Dépôts et Consignations, en date du 26 août 1925 concernant le point de départ de l’amortissement au 25 septembre 1925 de l’emprunt  de 8.000 francs projeté par la commune de Roussines auprès de la Caisse Nationale des Retraites pour la Vieillesse, au lieu du 25 février 1926, qui avait été demandé par le Conseil et la somme sans intérêts supplémentaires se montant à la somme de 255F55 à partir du dit jour, 25 septembre 1925.

    Le Conseil : après en avoir délibéré et à l’unanimité a accepté la propositon de M. le Directeur Général de la Caisse des Dépôts et Consignations et a voté le prélèvement de la somme de 255F55 indiquée par M. le Directeur Général, ci-dessus, avec celle  de 2.000 francs portée à l’article 18 du Budget additionnel 1925”.

  • 1926
  • Courriers divers 06/01/1926
    Source : DUBANT Didier

    - Le 6 janvier 1926, le Préfet informe le Maire de Roussine que l’emprunt de 8.000 francs sur trente ans pour l’érection du Monument aux Morts est autorisé. ...

    Lire la suite
    Courriers divers 06/01/1926

    - Le 6 janvier 1926, le Préfet informe le Maire de Roussine que l’emprunt de 8.000 francs sur trente ans pour l’érection du Monument aux Morts est autorisé.

     

  • Procès-verbal de Réception 14/02/1926
    Source : DUBANT Didier

    - Le 14 février 1926, Jules Alexandre Régollet, Maire de Roussines expose au “Conseil Municipal que le Monument érigé par le sculpteur Alba, à la mémoire des enfants de la ...

    Lire la suite
    Procès-verbal de Réception 14/02/1926

    - Le 14 février 1926, Jules Alexandre Régollet, Maire de Roussines expose au “Conseil Municipal que le Monument érigé par le sculpteur Alba, à la mémoire des enfants de la Commune, Morts pour la France, pendant la Grande guerre 1914-1918 étant terminé et que la réception du dit monument par la eommune représentée par son conseil Municipal peut avoir lieu maintenant. 

    Le Conseil après examen attentif du monument à l’unanimité : décide de recevoir pour le compte de la dite commune en commémoration des sacrifices consacrés à la mère patrie par ses enfants pendant la grande guerre, le monument élevé sur la place de la Mairie de Roussines par le Sculpteur Alba”.

  • 1927
  • Inauguration 23/10/1927
Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place

Place de la Mairie (devant la Mairie/ancienne école communale) au croisement de la rue de la Croix Bleue, de la rue du Tagner et de la rue de l’Eglise.